Les complexes sexuels, un vrai tue-l’amour

Que serait une relation de couple sans de bons rapports sexuels en toute sérénité? Pas grand chose, soyons honnêtes. En effet, une relation saine passe entre autre par une sexualité épanouie. Chez les hommes comme chez les femmes, certains complexes sont très fréquents. Voici quelques astuces pour les surmonter.

Chez les femmes

Vous vous trouvez trop grosse, ou trop mince, vos seins ne sont pas à la bonne taille, vous n’osez pas mettre de string à cause de vos vergetures et préférez la culotte de grand-mère amincissante… On peut en effet trouver maintes techniques pour contourner ces complexes, mais le mieux à faire pour autant est bien de les surmonter, plutôt que de les éviter.

Rappelez-vous donc mesdames que les hommes préfèrent généralement les formes à la minceur. N’hésitez pas à jouer la mise en scène, comme en posant votre pied sur une chaise ou le rebord du lit pour vous dénuder de votre culotte. Et si vous commencez à vous sentir trop consciente de vos formes, tentez de tourner votre attention sur lui plutôt que sur vous. Il vous regarde ? C’est sans doute qu’il vous apprécie, sinon il fermerait les yeux. Gardez en tête que s’il est là, avec vous, dans cette chambre, c’est qu’il a envie de vous avant tout. Le meilleur moyen de surmonter un complexe personnel, c’est de ne plus y penser, et de se concentrer sur les sensations plutôt que les pensées.

Chez les hommes

Pénis trop petit ou trop courbé, trop rapide ou trop lent à s’activer, les performances masculines sont la base d’une relation sexuelle. C’est pourquoi les hommes peuvent se sentir très vite sous pression lors d’un rapport. Si madame est trop avenante, ou pas assez, il est très courant qu’un homme fige à un moment donné de l’acte.

La taille du sexe reste l’obsession masculine la plus courante. Selon les études, plus de 25% des hommes se sentent insatisfait de la taille de leur pénis. Il existe certes quelques exercices et solutions pour agrandir son pénis, mais ils ne seront d’utilité que s’ils sont couplés à un travail de fond sur ses complexes psychologiques. Tout comme mesdames, rappelons à messieurs qu’un trop gros pénis n’est pas forcément le fantasme des femmes, et ce depuis toujours. Chez les Grecs par exemple, un petit sexe était synonyme de virilité. Certain pensaient même, comme Aristote, qu’un pénis trop long était signe d’infertilité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *